Médiathèque/EPN
Présentation contact

- Services
- Reseaux
- Municipal
- Ressources
- Pôle multimedia
- Evaluation/Régulation
- Créations numériques
- Archives & Documents EPN

 

 

Plan du Site

De la création numérique à la création tout court

Certes la création est indispensable à la vie humaine et s’exprime sous des formes très différentes...
-  Qui n’a enrichi ou inventé une recette de cuisine, respectant des normes existantes mais en évinçant d’autres, et en créant de nouvelles...

En tous domaines la création suppose la mise en cause et le renouvellement de normes...
Ceci suppose évidemment la connaissance de celles-ci, de leurs propriétés et des usages qui en sont faits.

De Gherasim Luca un poète sur lequel nous avons travaillé avec jeunes et les adultes (cf Paulette, sa curiosité intellectuelle et sa volonté de découvir et d’apprendre)) à Loïc Demey dont le "JE,D’UN ACCIDENT OU D’AMOUR"(Ed.Cheyne, 4ème édition, a reçu le Prix Révélation 2016 de POESIE & COMPAGNIE DE LA SOCIETE DES GENS DE LETTRES...en passant par Albane Gellé et nombre d’autres auteurs...

Ceci explique aussi l’expression "poètes maudits" utilisée au cours des siècles notamment pour des Villon, Baudelaire, Rimbaud, Lautréamont...

Des démarches du même ordre en théâtre, danse, arts plastiques...

Cf l’expression, "ça s’est du Picasso" qui a sévi à l’école où elle était souvent utilisée pour dénoncer des erreurs ou autres insuffisances de l’élève.
Un mise en cause de ces pratiques a dû être effectuée pendant des années s’appuyant sur le développement de la formation artistique, littéraire et poétique des enseignants. Où des disciplines marginalisées sont devenues essentielles sinon en domaines spécifiques, du moins et surtout dans le transversal, c’est-à-dire dans le rapport à toute discipline.

Et puis maints enseignants d’élémentaire ou collège ont été bousculés par la culture de parents de leurs élèves ayant eu une formation - même courte- dans l’enseignement supérieur...

Evacuer l’art contemporain, la littérature du présent s’avère aussi inacceptable que d’évacuer les découvertes scientifiques, y compris médicales, sociologiques ou mathématiques...

Dans un monde où il est admis que depuis Leibniz nul être humain ne peut appréhender la totalité des connaissances de son époque, il ne peut être envisagé de décourager les élèves en ne transmettant que des savoirs factuels forcément incomplets et relevant de choix relativement aléatoire.

Par contre il est indispensable d’aider chacun à se donner les moyens de maîtriser les procédures de recherche pour aboutir aux connaissances dont il a besoin, quand il en a besoin, et surtout à se construire le pouvoir de créer ses propres outils et démarches heuristiques.

J.C.

_

Un espace central & complexe

"Comme plaque-tournante entre apports de la population et apports à la population où se développent d’épais réseaux de travail, création et convivialité, notamment au travers de multiples et foisonnantes activités d’écriture." écrivions-nous il y a quelques années.

Si cette définition fonctionnelle est toujours -et plus que jamais- valable, elle s’accompagne en cette années 2017 de la perception par usagers et public d’une mutation structurelle.

En effet, si la Bibliothèque fonctionne toujours en bibliothèque de prêt, son fonctionnement de type "Médiathèque" est à ce jour unanimement reconnu.

D’abord de grandes médiathèques urbaines nous ont traité de "médiathèque" puis l’évidence d’une définition fonctionnelle s’est imposée.

L’espace public numérique au coeur de la Bibliothèque est devenu lieu/outil d’écriture (de créations textuelles, d’édition blogs, livrets ou livres papier, vidéos... et bien sûr de lecture et relecture - où la mise au point d’un texte peut demander plusieurs années avant publication.... Un fonctionnement qui s’est construit au fil des ans dont l’ossature s’est cristallisée autour de ces diverses formes d’écriture/lecture portées par des écritures contemporaines diverses - textuelles, théâtrales, plastiques, vidéographiques. Le fil conducteur ? La visée de la qualité des oeuvres à découvrir et étudier pour écrire autrement.

Pas toujours évident de faire comprendre que la création implique la mise en question de normes existantes et l’invention de nouvelles normes. Pour l’écriture textuelle comme pour les autres formes d’écriture. Un passage obligé ! Qu’on reçoive des jeunes ou des parents, ou n’importe quel public on ne peut, en bibliothèque, aller à l’encontre de ce qu’enseignent les professeurs à tous les niveaux de la scolarité.

D’où l’importance des formations mises en place par la BDP, tant sur la littérature que sur le cinéma documentaire avec cette très riche et récente formation à Lussas. Où on a pu découvrir qu’on ne savait pas ce qu’on croyait savoir sur le cinéma documentaire, et sans doute sur le documentaire en général. De ces rares remises en question qui, à tout âge, marquent de nouveaux apprentissages qui font avancer (et amènent même à remettre en cause des formations universitaires sur l’écriture théâtrale dont on se rend compte d’un coup que si l’apport brechtien était fort intéressant, il fermait aussi d’autres voies de création multidimensionnelle !

Où il se confirme, comme dans l’univers pédagogique scolaire - de la maternelle à l’université, que l’écriture est passage obligé pour apprendre à lire "On n’apprend pas à nager sur un banc" disait Evelyne Charmeux, il y a quelques décennies. N’est-ce la fonction première de ces thèses qui scellent la fin d’études ? "Finition" certes mais en même temps ouverture sur une autre appréhension du monde. Ce qui pose qu’il puisse y avoir une fin d’études autre que de catégorisation (et ségrégation) sociale(s). Une fin d’études qui soit au contraire équipement pour de nouvelles découvertes ! Comme une porte qui se ferme mais aussi s’ouvre pour peu qu’on veuille l’ouvrir sur de nouvelles explorations et découvertes !

Et quand on peut conjuguer Médiathèque et Artothèque !

Venez-nous voir, que vous soyez jeunes de moins 30 ans ou de plus de 80, vous aurez toujours à apprendre et à nous apporter !

Les remises en cause font toujours avancer. Il n’a que la mort qui exclut les remises en cause.

Venez écrire !

Pour que les choses soient claires, nous vous proposons d’écrire à partir de "JE FEMME" d’Albane Gellé dont dès mardi vous pourrez consulter en Médiathèque des Baraques trois livres édités par Cheyne Editeur (et peut-être d’autres !)

Vous pouvez écrire sur papier ou écran mais aussi par création gestuelle, plastique, vocale, théâtrale, vidéographique, cinématographique...

Jacqueline Cimaz



_

Présentation EPN


(JPG)


La responsable bénévole de l’EPN, nommée sur proposition de l’association Les Rias par la mairie, validée par les instances départementales, régionales et nationales -ministère de la recherche et de l’industrie, est Jacqueline Cimaz qui a effectué les formations requises, réinvestit en outre un long travail professionnel d’informatisation des écoles, recherche et formation des professeurs en plusieurs départements, et continue à se former via les réseaux institutionnels.

L’équipe des bénévoles comprend en outre Eliane Baud, en cours de formation, Geneviève Greco pour les publications numériques, Nicole Bertholon, pour les ateliers d’écriture... et s’appuie sur les apports des personnes de tous âges en formation, ou en réunions du groupe "patois" [1] - et d’autres membres du CA comme Mathieu Courtial et Magali Ruiz dont les orientations initiales restent valables.

Un travail sur les écritures numériques est en cours depuis plus de cinq ans, avec le concours d’universitaires, de responsables de publications numériques de maisons d’édition spécialisées.

194 publications numériques ont été réalisées sous Calameo ce qui représente l’implication directe de plus de 250 personnes différentes et identifiées. [2]

Ce travail a été support de patrimonialisation et création (complété notamment par le travail d’écritures diverses en blogs - alphabétiques, logographiques, iconiques, vidéographiques...) contribuant ainsi fortement à des palmarès Villes Internet qui, indirectement, ont facilité l’obtention de subventions pour la commune, d’où la construction de la grande salle et la reconstruction du local Bibliothèque/EPN.

Il a par ailleurs contribué à un débat national sur l’écriture numérique (et non numérisée), débat qui a permis de belles avancées aux niveaux national et international, et se poursuit, fort d’apports incontestés, notamment de la part des écoles d’art.

En outre les critères d’évaluation fournis par Villes Internet, les formations proposées lors des remises de labels, lors de colloques ou par le biais de l’observatoire, jouent un rôle fondamental...

Les formations proposées et effectuées peuvent déboucher sur des qualifications comme cela est le cas pour les B2i.

En outre l’EPN s’est attaché à la formation de publics spécifiques - y compris illettrés - avec utilisation de la navigation sur le site (non par déchiffrage mais par repérage global et navigation de liens en liens). Des non déchiffreurs ont pu ainsi publier des livrets et/ou contribuer à des publications collectives.

L’EPN est ouvert aux heures d’ouverture de la bibliothèque, pour des animations lors de week-ends et sur rendez-vous.

Un travail de préparation, d’accompagnement et de valorisation colossal pour lequel la participation de nouveaux bénévoles est souhaitée.

Des dimensions exploratrices liées à l’art contemporain, valorisées par la sélection de la photo d’Elicia écrivant avec son corps et son visage en flux d’images projetées du Net, en rubrique "Actions innovantes" du concours de photos Villes-Internet. [3] Des photos dont le caractère innovant réside dans l’implication active et inédite de la (ou des) personnes photographiées plus que dans l’activité directe de celle qui photographie [4]

On pourrait, c’est évident, ajouter la familiarisation avec le travail artistique interrogeant et utilisant le numérique par le biais des activités de médiation artistiques mettant à profit les apports d’un travail associatif reconnu et les expositions de longue durée, projections et vidéos...

Un travail complémentaire de la patrimonialisation, laquelle vient d’englober une nouvelle période grâce à l’immense travail personnel de conservation et valorisation de photos des années 60-80 du Comité des Fêtes, effectué par André Roche.

L’immense richesse de tous qu’une politique numérique ouverte sur l’écoute, la reconnaissance et la valorisation a permis de découvrir, valoriser et partager...

A noter l’orientation vers un travail de création vidéo, incluant non seulement le montage de films mais aussi des déformations intentionnelles, pensées et significatives de l’image à partir de logiciels dont le plus accessible est la dernière version de Windows Live Movie Maker et la plus sophistiquée serait celle de "Adobe after effects" [5]


_

[1] le grand pourvoyeur de patrimoine et de réflexions ethnologiques et historiques, avec Michel Rey, M. et Mme Cathalon, Paulette Vignal, M.Baud, Gégé et Geogeo, Eliane et les autres

[2] La quantification des interventions des personnes différentes sur sites et en/et pour créations vidéos ou audios ou imprimées, a aussi été faite. Elle dépasse déjà de très très loin ce que nous attendions et montre l’importance du rôle et de la vie d’EPN fonctionnant en modestes tiers lieux & espaces de co-working.

[3] Bientôt l’exposition de photos de même série que celles qui ont été envoyées ou de photos réalisées ultérieurement...

[4] l’activité majeure résidant pour celle-ci dans le travail pédagogique en amont de mise en scène, d’élaboration de projet, d’implication de protagonistes se révélant très créateurs...

[5] renseignements vont être pris pour savoir s’il existe des équivalents en logiciels libres...

Une disparition regrettable, celle de ’123people"

Par delà sa fonction annuaire, c’était un outil utile pour gérer sa propre identité numérique et celle d’un site, structurer le mémoriel et en faire patrimoine.

Revoir l’architecture de celui-ci et à partir de ces données pouvoir l’organiser, y dessiner des parcours de patrimonialisation...

Par deux fois, nous avions expliqué aux responsables du site 123people notre démarche et notre intérêt pour l’outil. Il semble même qu’ils aient fait quelques adaptations pour nous faciliter la tâche...

Des précautions prises, notamment pour les mineurs... [1]

123 people c’était aussi, de fait, un outil précieux pour un auto-contrôle des images diffusées non brutal et plus réfléchi que celui proposé, il y a quelques années à des collégiens par un cabinet d’experts pour leur faire comprendre que tout ce qu’ils étalaient sur leur facebook de leur vie familiale et de celle des voisins... était public. [2] Encore que certains nous aient dit l’avoir utilisé comme moteur de recherche pour retrouver très rapidement des PDf associatifs publiés il y a quelques années.


(JPG)


Nous n’avons pas exploré les ressources éventuellement offertes en ce qui concerne les contenus écrits, quand ceux-ci, notamment ceux des pré-ados sur facebook, ne sont pas sans poser problème... [3]

Certes il existe Google Images, mais les fonctionnalités en sont différentes. Facebook et à moindre degré, Google Street (cf l’herbier de Paulette), bien que publics, posent des problèmes de respect de la vie privée qu’à notre connaissance, a toujours su éviter 123 people.

Bref un outil et des usages peut-être non prévus [4]

Si quelqu’un connait un autre logiciel fiable pour gérer son identité icônique, naviguer dans celle d’un site et ainsi la modeler... Ou pour retrouver des images utiles à des fins de patrimonialisation [5]- Ce tout en apprenant aux jeunes à gérer les images attachées à leur nom sur le Net...

Bref un arrêt brutal susceptible, même si ce n’était sans doute pas sa vocation initiale ni première, d’engendrer la disparition d’usages culturels appréciés, la perte d’un mémoriel que cet outil de recherche permettait de faire exister en le structurant...

Une niche d’utilisations dont on ne voit pas bien comment elle pourrait survivre à l’outil et à des usages, peut-être un peu détournés, de celui-ci...

Entre éloge funèbre et incitation à une nouvelle vie ?

Pourquoi pas un partenariat entre les auteurs et le CNDP ou une université ou un labo... pour mise au point d’un logiciel encore mieux utilisable par chercheurs, archivistes et scolaires à partir du CM1 ?

Jacqueline Cimaz
IA/IPR honoraire et responsable de l’EPN

_

[1] D’autres questions indirectement posées : par exemple, est-il normal que des personnes handicapées qui arrivent à avoir une vie sociale à peu près normale soient privées d’identité numérique ? Celle-ci n’est-elle devenue dimension constitutive et structurante de la personne ?

[2] Ce, du moins pour le versant "image", le seul que nous ayions travaillé faute de temps. Il y aurait matière à faire une thèse !

[3] D’excellentes analyses, notamment sous forme vidéo publiées sur le site Net Public et vers lesquelles des liens existent sur notre site.

[4] mais dont la possibilité était prévue par des usagers puisque c’est une recommandation pédagogique des plus sérieuses, qui, à l’origine, nous a fait découvrir ce logiciel

[5] avec une limite engendrée par la fonction "annuaire" : la disparition des personnes décédées alors que sur des sites comme le nôtre elles se survivent par leurs apports - cf les chants ou anecdotes en "patois", le rôle, entre autres, d’Alfred Juston dans le "spectacle" "Résistances" de juillet 2006... Ce qui ne tardera pas à poser la question de l’adaptation à d’autres outils de sauvegarde pour pérenniser ce qu’on souhaite conserver et trouver les meilleures modalités, les meilleurs formes d’écriture pour cette conservation





_

Rencontre Villes-Internet sur Education du 12/06 à Poitiers

Ou territoires, école, famille : une éducation partagée quand se développent à grande vitesse les usages divers du numérique. L’EPN et Les Rias y étaient représentés par Nicole Berthelon et Jacqueline Cimaz


"Florence Durand-Tournare a pris en compte l’indispensable coopération entre collectivités territoriales, enseignants et parents. Co-éducation, vision globale et constructiviste et non uniquement technique et matérielle." souligne Nicole Bertholon.


(JPG)


-  Journée constructive, pour une démarche constructive pérenne s’inscrivant suite à un travail de terrain, multipartenarial et inscrit dans la durée, dans une charte spécifiant le rôle de chacun et engageant l’ensemble des partenaires (cf l’exemple de Romagnat )


(JPG)


-  Journée instructive où s’échangent et se précisent les divers points de vue et où s’affirme la nécessité de partir d’une démarche commune ancrée dans le repérage et l’analyse des pratiques. Où le multipartenariat n’oppose pas les lieux d’où il se parle ni les contenus, et ne se contente pas d’une simple juxtaposition, mais tente de les torsader [1] et s’enrichit de leur conjugaison, grâce aux diverses interventions - parents, enseignants, élus, association Villes Internet... Une entreprise difficile mais réussie...

Jacqueline Cimaz réinvestissant dans sa pratique de formation en EPN [2] quelques décennies de formation des enseignants, sur le terrain, en IUFM... intervient pour souligner l’intérêt d’une démarche partant de l’observation des usages, pratiques et heuristiques mises en oeuvre par les divers publics, et insister sur l’importance des synergies, sur fond de formation et recherche rendues particulièrement indispensables par :

-  la complexité de l’écriture et la lecture du numérique, [3] Donc la nécessité de capacités et compétences en matière d’analyse, de synthèse, d’évaluation [4]
sans parler de ce que demanderait l’arrivée de l’OPEN DATA ...
Des formes de lecture et d’écriture inédites, beaucoup plus difficiles d’où la nécessité du développement de recherches en divers domaines des sciences de l’éducation et sociales, et pédagogiques, et, en liaison avec celles-ci de formation des enseignants, animateurs d’EPN...

Les synergies collectivités/écoles/parents ont aussi besoin -pour un développement durable - de cette inscription sur fond de recherches et formations partagées, pourvoyeuses de références, connaissances et interrogations communes...

De formations partagées et d’ouvertures partagées par accès continu à des informations sur des recherches diverses - scientifiques et artistiques... [5]


(JPG)


Nicole Bertholon rappelle que le projet doit préexister et induit l’utilisation optimum du matériel, c’est-à-dire la meilleure adéquation entre le but et les moyens. Elle est applaudie par une assistance dans laquelle les enseignants sont nombreux lorsqu’elle critique une appellation de "pédagogie inversée" appliquée à une démarche d’apprentissage simplement cohérente, partant des apports des élèves. [6]


(JPG)


-  Journée conviviale à l’intérieur des divers groupes et dans les rencontres entre enseignants, élus, administratifs - territoriaux ou d’Etat.

L’intérêt aussi, lors de la pause buffet de pouvoir dialoguer avec des conseillers pédagogiques TICE de la région et de voir les outils qu’ils proposent aux enseignants...

Puis l’intervention d’un professeur de l’Université de Poitiers.


A ce sujet, Jacqueline Cimaz intervient pour préciser que si l’intérêt de la formation universitaire est évident, reste à trouver les moyens de développer ce qui était le meilleur de l’acquis des IUFM c’est-à-dire la liaison entre formations initiales et continues [7], la réflexion sur ces médiations fines, hétérogènes et composites qui font qu’à niveaux universitaires équivalents des enseignants, les élèves réussissent mieux ou moins bien dans une classe. Ce qui renvoie à l’importance de la connaissance, de l’observation et de l’évaluation des situations d’apprentissage dans les classes. Et donc du rôle des corps d’inspection et conseillers pédagogiques dans la formation. [8]

Un pan essentiel de celle-ci, en liaison avec des formations disciplinaires comprenant aussi un volet histoire des diciplines, repérage et démontage des obstacles épistémologiques. Une formation pédagogique irréductible à la seule formation didactique...

De l’indispensable aussi pour utiliser au mieux les didacticiels proposés par le réseau CNDP-CRDP. Comme ce petit logiciel permettant de mieux appréhender le sens de l’adjectif qualificatif. A introduire comme entrée ludique dans un processus d’apprentissage qui demandera des modélisations et mises en mots personnelles suivies de procédures de structuration ou comme outil de synthèse après ce travail ? Tout dépend des choix enseignants, des spécificités de la classe, des références et itinéraires de chacun des apprenants et donc de la planification retenue par l’enseignant...

Une complexité et des questions qui se retrouvent en tout domaine d’apprentissage, y compris en EPN, avec, de plus, une hétérogénité culturelle et générationnelle maximum des publics...

Un indispensable travail sur les marges, les liens, les "accidents de parcours"...


(JPG)


Des questions donc qui demeurent ouvertes - ce qui est normal et heureux. L’importante réussite pour Villes-Internet que constitue la réunion d’élus impliqués, de responsables de l’Education nationale et d’un réseau CNDP/CRDP/CDDP qui contribue à la la recherche, à la diffusion des innovations, à la formation... La parole donnée aux parents d’élèves et fort bien utilisée par leur représentante...

Une étape qualitative importante atteinte ce 12 juin 2013 à Poitiers.


Avec deux ouvertures possibles :

1.la diffusion [9] de pratiques particulièrement intéressantes comme :

-  réalisation de films d’animation (par les élèves ou stagiaires, bien sûr...)
-  explicitation et publication de la démarche, des critères de réalisation, du scénario sur site, blog ou livre numérique (donc avec liens hypertextes, images fixes ou mobiles... (idem)
-  écriture d’un conte à partir du schéma de Propp, éventuellement avec choix et variantes et restitution sous forme de livre numérique, de vidéo ou de fichiers audio sous Audacity...
-  travail des images, découpages/collages sous Vuvox, gimp2, photoshop elements, Movie Maker ; combinaison de ces divers éléments, incrustations, intégration éventuelle de bruitages, sons ou lectures de formes diverses...
-  conception de paysages imaginaires par augmentation ou enrichissement de paysages avec des images détournées, des incrustations en 3D... De la maquette à toute forme de créations...
-  utilisation de ces ressources pour étude du paysage (simulation des effets de l’érosion, de l’urbanisation... Utilisation de cartes géologiques...)
-  fabrication de personnages hybrides...
-  travail sur l’identité par superposition et/ou déformation de photos, de la voix, l’introduction de paysages sonores...


(JPG)


Des pratiques pédagogiques authentiques et maîtrisées qui donnent du sens au B2i à l’école mais aussi en EPN, et pas seulement au B2i. [10] Des tenants et aboutissants à préciser pour qu’élus, parents et écoles puissent avoir des référents communs...

Des pratiques qui donnent du sens et centrant sur les usages, facilitent les transferts (avec appréhension de modalités de transfert quand on transpose d’un support à l’autre) et forment des capacités d’innovation...

les TICE sont vraiment outils au service d’une démarche pédagogique... [11]


2. Un volet de références en matière de didacticiels, comme ce qui a été montré à Poitiers...
Des outils complémentaires de ceux que construisent les élèves avec leurs enseignants, ou, pour le collège, en CDI...


3. Un volet TIC de l’Education civique pour appréhension du bon usage des données, des précautions à respecter (cf les apports à cet égard de NET-Public.

Jacqueline Cimaz et Nicole Bertholon
EPN Saint-Apollinaire-de-Rias [12]


_

[1] pour reprendre un concept cher à Ardoino

[2] bénévole, bien sûr

[3] lecture et écriture de ce qui se présente comme systèmes de systèmes composites et hétérogènes associant textes de diverses natures, images -fixes ou mobiles- et aux fonctions diverses, sons aussi complexes...(Et dont le produit final souvent lissé et présenté très rapidement occulte ses mécanismes de production.)

[4] et de composition ? orchestration ? programmation de systèmes ?

[5] émanant de l’enseignement supérieur mais aussi d’autres centres ou pôles de recherche, y compris de ceux qui se situent aux confins des sciences et des arts comme l’IRCAM, le Fresnoy, le CNES, les rencontres Internationales de la photo d’Arles, le festival d’Avignon... et bien d’autres...

[6] une démarche préconisée par les formateurs depuis de multiples décennies, inscrite dans le plan Langevin-Wallon, et qui trouve sa source dans la correspondance Piaget/Wallon si ce n’est, bien avant, lors de la naissance de l’école maternelle ou de ces salles d’asile qui l’ont précédée, chez Marie Pape-Carpentier puis Pauline Kergomard. Une démarche mise en oeuvre, notamment à l’école élémentaire, depuis bien longtemps...

[7] quand on sait que si l’expertise ne s’enseigne pas (cf Tochon ) le fait, par contre d’avoir des expériences et références communes facilite l’écoute mutuelle et l’indispensable travail d’équipe.

[8] Un enseignant prend un nombre inconcevable de décisions par minute ( quel contenu ? A quel moment ? comment l’introduire ? Qui regarder pour aider ? A côté de qui se placer ? Comment valoriser ? Repérer les erreurs intéressantes à analyser ? Comment introduire son intervention pour valoriser à partir du positif dans l’erreur... ce qui suppose connaissance de l’élève, des groupes, des familles, des fratries, du contexte local... Pourquoi utiliser, à un moment précis, certaines opportunités et pas d’autres... Toutes ces médiations fines par lesquelles passe et peut s’optimiser la construction du savoir... Importance des observations de classe en équipe suivies d’une discussion au sein d l’équipe et avec l’enseignant ou les enseignants... Quelque chose qu’une vidéo peut compléter mais non remplacer.

[9] modalités à définir ainsi que critères de sélection

[10] La publication de l’interwiev du maire sur le Label 2013 par le Sivu des Inforoutes de l’Ardèche tombe à pic à ce sujet avec l’évocation du succès des "petits livres numériques" écrits par les uns et les autres avec la conscience d’enrichir le patrimoine collectif.

[11] donc avec définition d’objectifs d’apprentissage d’une part et, de l’autre, pour les apprenants, du but de l’activité, de critères de réalisation et d’évaluation...

[12] géré et animé par délégation de services publics par l’Association Les Rias dont Nicole Bertholon est secrétaire-adjointe et Jacqueline Cimaz, présidente. Une association culturelle, reconnue d’utilité publique.



_

Le 1er livre de Sabine Tourtois

Un livre - numérique - qui tourne une page professionnelle et patrimonialise.

Regrets ? Un regard tendre et expert qui n’oublie rien et structure, pudique et discret, entre documentaire et journal intime.

Une passion émergente pour la photo, la vidéo. Il n’est que voir les photos faites par Sabine du spectacle théâtral de restitution de résidence "quand, en 2013, le théâtre fouaille le numérique." Comment elle a su faire apparaître, mieux que quiconque, l’articulation entre jeu des acteurs et projections vidéos.

Une approche artistique qui ne demande qu’à se documenter. Il n’est pour s’en convaincre que d’évoquer cette très récente recherche/découverte, en EPN, de Support-Surface, sur le Net. Où celui-ci est pourvoyeur de culture.

Pourquoi Support-Surfaces ? Pour mieux comprendre notre intérêt pour une construction en cagettes réalisée pour utilité et par plaisir par son frère.

Voici donc ce livre...





N’hésitez pas à le commenter sur Calaméo. Vos commentaires seront publiés après bien sûr indispensable mais brève modération.


Et, cerise sur le gâteau, une très récente photographie de Sabine...


(JPG)


Jacqueline Cimaz





_

Image du site par ses images

Au travers d’un suivi sur Google images et d’un échantillon dans un logiciel plus lié à l’identité individuelle.

Du nouveau :

-  un approfondissement des recherches dans le passé de chacun, notamment au niveau de publications quelle qu’en soit la formes...

-  un élargissement des données, par leur diversification et, surtout, ce qui en la matière parait très intéressant, par la prise en compte des blogs...(existant déjà depuis toujours sur Google Images...)

-  En outre en matière d’"auteurs" sont enfin pris en compte semble-t-il, à côté des auteurs de textes, et à parité, les auteurs d’images ou de sons ou de compositions globales...

A étudier, communiquez vos remarques...

Des médiations fines entre la somme des identités individuelles contribuant à celle du territoire et l’incidence globale de l’identité du territoire sur chacun (cf conférence de Pierre Moretti à Metz). Et au coeur, le site local et le nuage de blogs comme passeur à double sens de ces données ? Interface essentielle entre individus et territoire ?

Ce qui pourrait dire qu’à terme le site local pourrait être considéré comme interface doublement agissante entre territoires et réticulaire ?

D’où cette impression que des idées naissent de partout en même temps, celles qui notamment sont liées aux grands bouleversements en cours : métropolisation, urbanités agricoles, nouveaux modes de circulation en ville... Sens inédit de concepts émergents comme celui de "mobilité"...

A suivre et approfondir...
_

_

Adresses utiles

Sitographie

-  Site municipal global de Saint-Apollinaire-de-Rias

-  où sont hébergés outre la Bibliothèque municipale et l’EPN municipal, le domaine de l’Association Les Rias et celui de l’ACCA...


Blogographie

-  De Site en Ville I

-  Ecritures Numériques

-  Au lieu de se souvenir

-  Rêverie au travail

-  Les Rias

-   Interfaceurs

-   Facebook


-  Villes Internet Saint-Apollinaire-de-Rias


-  Fol 07


-  Centres multimedias de l’Ardèche


-  Guide Créatif


-   Net-Public

Télécharger la charte :

-  Net-Public

Le texte de la charte signée par le maire et engageant la commune en matière d’usages du Net et des Tic


-  Calaméo


-   Daily Motion 1

ou Daily Motion 2



NB. Pour aider les utilisateurs à s’y retrouver dans nos liens les plus fréquents - notre « nébuleuse » et les sites amis et/ou outils... Pour une meilleure utilisation des ressources nouvelles du site de Villes-Internet comme la possiblité d’ajouter des formes diverses de publications numériques dans l’espace "medias", de pouvoir partager les initiatives d’autres villes de son réseau sur Facebook, ce qui peut donner des idées aux "amis" et de nouveaux partages, alimenter un débat en ligne... Vers un approfondissement attractif de ce fonctionnement en réseaux à géomètrie variable en fonction des affinités ou de préoccupations conjoncturelles.Et puisqu’un début de communication a pu s’établir avec une ville de notre petit réseau, et que nous avons partagé sur facebook de premières initiatives de villes de ce réseau, l’idée, si les échanges se confirment, d’ajouter des ou les villes du réseau à cette sitographie...





_

Souvenirs d’enfance et village

La réédition numérique (un tout petit peu plus que "numérisée" du livre de Paulette Vignal...

A découvrir page par page

—> <script type="text/javascript" src="http://s1.calameoassets.com/calameo-v4/widgets/loader/cloader.js"> —>



_

Un Salon du livre atypique...


Salon du livre un peu spécial...

-  De par son thème d’abord - la "BD". Non qu’il s’agisse d’un domaine inintéressant, au contraire !

Mais d’un domaine qui, s’il est pris au pied de la lettre exclut les auteurs de poésie, roman, philosophie, d’essais scientifiques...

Sans le coup de téléphone de la Bibliothécaire de Beauchastel, nous n’y serions pas allés.

La présentation/vente de livres au Salon a reçu un peu moins de visiteurs. Ceux-ci allaient voir travailler les dessinateurs de BD, ce qui est normal...


(JPG)


Dommage pour "Vernoux que j’aime", d’Alain Delarbre et Maurice Reyne - un beau travail de patrimonialisation, mis en valeur par les images et la présentation, et qui sucite par ailleurs un enthousiasme certain.


(JPG)


(JPG)


(JPG)


"Le jardinage ? tout un art !" de Geneviève Greco, a rencontré son succès, lui, non pas au Salon, mais en Bibliothèque où l’EPN [1] et Les Rias, éditeur numérique, qui tenaient un atelier d’écriture numérique, ont plutôt été débordés par le volume et l’hétérogénéité d’une demande trop importante pour ne pas être structurée par des horaires précis - sans compter les disparités de fonctionnement des cinq portables apportés [2], d’âges et protocoles différents.

Les projections par contre, notamment des livres sonores - celui de Geneviève et "Mes années d’école primaire" d’Eliane Baud, [3] ont rencontré un franc succès.

Les éctritures photographiques ont aussi commencé à attirer l’attention... celles, notamment, d’"Insomnie pour prétexte", à partir de photos du Pérou...


Un atelier d’écriture numérique que nous avions voulu, non pour y vendre quoi que ce soit, mais pour avancer dans le dépassement d’une confusion numérique/numérisé qui hypothèque toute formation en matière d’écriture(s) actuelle (s). Après l’acquisition du langage puis de l’écriture, l’accès au numérique constitue une 3ème étape, majeure et nouvelle, du développement humain. Le problème : le numérique est interprété à partir de la culture antérieure, d’où de multiples contre-sens...


(JPG)


Le numérique - 0 ou 1, le courant passe ou ne passe pas - nivelle iconique, textuel ou sonore (ou olfatique, cinétique... ?)...

Dans ou à partir de ce langage plat et unique, vont se re-créer des formes spécifiées, marquées par la culture antérieure et qui donneront des illusions d’identités connues, d’autant qu’il faut nécessairement passer par la construction d’interfaces dédiées.

Des passages intéressants se fraient la voie dans divers domaines artistiques (cf Kurokawa et "Ground", Penone et le son des arbres et sa traduction graphique, Ménard et "Ici là", le pilotage de son avatar, de la kinect au spectacle vivant - un chemin que nous défrichons avec Christian Bontzolakis...

L’interrogation des avant-gardes du 20ème siècle telle que va la faire Acquaviva en Ardèche ce week-end montre comment les dissociations opérées entre "unités-outils" (comme le phonème) et "unités de sens", par exemple, ont ouvert des voies permettant aujourd’hui de mieux comprendre la différence de nature et de plan entre un langage numérique non spécifié et les applications ou créations qui vont y construire des îlots ou systèmes et/ou réseaux de sens [4]


Bref, à Beauchastel, un atelier de défrichage complexe - du choix délibéré d’une écriture photographique reposant sur une mise en espace et en scène préalable, comme celui fait par Valentin et son papa avec "Les aventures de Samsam", où l’atelier n’apporte que la technique de mise en forme sous celle d’un livre dont on tourne les pages sur écran, au tout début d’un atelier de découpage/assemblage numérique qui pourrait ensuite se préciser avec des outils comme Vuvox...


—> <script type="text/javascript" src="http://s1.calameoassets.com/calameo-v4/widgets/loader/cloader.js"> —>


L’étape ultérieure pouvant être l’approche d’une création vidéo qui in-forme celle-ci pour y créer du sens ’"Dérive augmentée" avec Open Access ou équivalents "libres" ?

En attendant, un travail de l’image bien parti, avec projet [5]

Prise de photos en extérieur, début de travail de l’image sous logiciel de retouche d’images - tout début....


(JPG)


(JPG)


Et deux esquisses rapides pour indiquer deux des infinies combinaisons possibles de ces mêmes matériaux. Avec 5 images, une infinité d’écritures icôniques...

Si j’y a joute des lettres, des mots ou des phrases, ou des lettres et des mots et des phrases... A lors... Et du son ... Et pourquoi pas des odeurs, des vibrations, des différences de matière, de température... Complexité et composite de l’écriture numérique.... démultipliées par la possibilité de toujours combiner autrement les ingrédients initiaux ou agglomérats intermédiaires...

La question n’étant pas la virtuosité technique, même s’il en faut un peu, mais la densité et la polysémie ?

(JPG)


(JPG)


Donc l’esquisse de pistes pour un travail dans la durée plutôt que des réalisations...

 [6]


Au moins, un problème posé, sur lequel il y a beaucoup de retard...


Et puis, à Beauchastel, nous avons pu profiter du spectacle d’Arnü West et Alain Aymes. Entre webdocumentaire, workshop et heure du conte.

Alain dit, ou joue de la guitare, Arnü dessine à une stupéfiante vitesse et un vidéoprojecteur envoie sur grand écran, en temps réel, sa main traçant et le dessin se structurant... Vision sur la création se faisant et magie du conte. Entrées multiples dans ce "spectacle" numérique/vivant - de dix-sept mois à 107 ans. Fabuleux.


(JPG)


(JPG)


Et tous les publics, dont le très jeune, enthousiastes !

J.Cimaz



_

[1] Espace Public Numérique, label Net Public, de Saint-Apollinaire

[2] six avec celui d’Amanda

[3] version vidéo

[4] -comme ce qui se passe autour de la géologalisation, cf le travail d’Esther Salmona...

[5] choix de personnages, la "Mamie", "Le Prince Charmant", "le chien qui monte aux arbres", la "poubelle" et, bientôt, une étrange "baguette"...

[6] Un questionnement par Valentin, avec le vol de Samsam, des relations entre sens et mise en page, qui fait penser à la B.D.



_

Ah la messagerie !


Ces exigences !

L’intolérance à l’erreur ! à l’écart - même minime...

Un espace de trop et l’identité numérique se dérobe... ou fiche le camp ... ou fout le camp... (suivant le registre...)


Nom de nom de nom de nom...


Travail tempétueux, indocile,


(JPG)
D’après photos au flou tremblant de GG. Ah si c’est ça... Bien sûr qu’il faut pouvoir s’exercer seule !


mais incontournable,

L’APPRENTISSAGE EST UN ACTE PERSONNEL...


-  tenace. INCONTOURNABLE LA TE NA CI TE !

et


IN FINE

efficace.

OUF !


Marc en tremble encore...

VOIR TANT DE SOUFFRANCES / ET PATIENCE ... AU PAPI !

A en faire trembler les plâtres...


Tout ça pour une adresse e-mail mal écrite !

Jacqueline Cimaz

NB. Vous avez bien compris ? Après tant de souffrance, généreusement partagée, l’apprenante a finalement réussi à envoyer -toute seule - son message ! DURE, DURE DES FOIS LA MARCHE VERS LE B2I ? MAIS UN GRAND PAS FRANCHI !




_

Semaine sciences, techniques et documentaire en bibliothèque


aux heures habituelles d’ouverture d’abord, où on explore et se documente...

Situation nouvelle pour Marc et grands progrès dans l’autonomie.

Quelques consignes ou questions sur un papier, [1] réponses à chercher seul avec aide à portée en cas de problème.

Mais passé le démarrage et l’explication de quelques clés pour la navigation sur le site ( comme "cliquer sur le logo du domaine pour remonter au site global), l’exploration se poursuit.

Domaine mairie, du concret : les réalisations et travaux. Et puis Légifrance et surtout "Droits et démarches" , un service mis à disposition par le SIVU des Inforoutes de l’Ardèche...


(JPG)


Une très longue et approfondie lecture de la législation, un domaine qui intéresse Marc.

Le plaisir d’une découverte approfondie sur grand écran confortable.

Bientôt l’approche de la possibilité offerte d’une prise de notes en profitant d’une page ouverte sur fichier personnel - peut-être sur clé- pour y faire des copiés collés du texte du site et, éventuellement, y inscrire ses commentaires ?

Après la découverte de sa maison sur Google Maps, plan et satellite, et un long trajet sur la D21 givrée sinon enneigée - par Google Sreet, l’attrait des possibilités offertes d’acquisition de connaissances...

Prise de rendez-vous pour le lendemain, pour "revoir sa maison vue du ciel"... et bien sûr échanges de livres...

Jacqueline Cimaz

NB. Deux séances où une nouvelle fois les équipements de la bibliothèque et autres apports personnels sont utilisés dans les lieux, hors horaires, et en cadres tout autres : la découverte numérique du territoire en cherchant sa maison, ses ânes ou ses volets ou le lieu de travail du papa... en première partie de castagnade et autres réjouissances [2]...

Différent, l’atelier de travail sur Vuvox.

Dans les deux cas la mise à profit des apports de la Fête de la Science et du workshop organisé, animé et synthétisé par Pierre Ménard.

NB. de NB. Par contre, si J-P.D entendait dire que les chants d’oiseaux ou la chute des feuilles sont "poétiques", il sortirait son message en blog du 31 octobre 2011 ou autre beau bloc ou même le schéma qu’O.E. en a tiré d’avant ou d’après passage en lessiveuse [3]

_

[1] auxquelles il ne s’agit pas de répondre par écrit mais qui sont un guide proposé de navigation...

[2] article bientôt en ligne

[3] Lequel passage à ce qu’on nous a dit, s’il fait vibrer l’ensemble, ne change pas un iota au contenu...



_

Vies du site et des blogs


Le site ?

Il vit - et les statistiques par article commencent à combler le grand vide laissé par une modification des affichages statistiques qui ne permet plus de comparer dans la durée ce qui était comparable, ni de cerner les niches d’utilisation de proximité qui nous intéressent plus que le nombre de visiteurs différents émanant de la planète. L’idéal serait d’ailleurs de pouvoir croiser ces deux types de données, mais nous nous heurtons là, semble-t-il, à des limites techniques.


A côté du site même, une nébuleuse, dont il reste le centre, d’autres services ou outils - Calaméo, Daily Motion, [1]


Les blogs :

-  Les Rias, le plus ancien, créé pour nous par Pierre Ménard, et souvent appelé "Media en quête d’identité" tant il a fécondé ce projet et a été fécondé par lui.

-  "Réverie au travail", le blog de Jean-Pascal Dubost -créé par nous pour lui - "brouillon public" - entre carnet personnel et livre imprimé. Un moyen irremplaçable de voir l’écriture se faisant... [2]


(JPG)
Le blog de résidence aux Rias de Jean-Pascal Dubost, poète et auteur


-  "Ecritures numériques" , le blog d’Ophelia Escriu où se poursuivent des recherches ou réflexions ou simples questionnements, plus théoriques ou avant-gardistes. Un peu, là aussi, comme un brouillon public...

-  Reste également "Digues-de-mots", le premier brouillon de brouillons, à disposition, où commencèrent à s’interroger certaines évidences comme cette échelle plaçant les écritures textuelles nécessairement au-dessus des écritures photographiques, picturales, icôniques... Une longue latence qui cache un friche de la réflexion dans lequel le numérique de l’image commence à donner de sérieux coups de bêche... Une re-lecture à faire, de ce point de vue de certaines expériences - à détourner- de Désert Numérique, nous souffle Ophelia Escriu ? A voir... Une latence de plusieurs années d’un blog qui pourrait se réveiller plus vite que volcan d’Ardèche...


Un autre blog va être créé pour interroger et alimenter cette nébuleuse ou ce ou "ces" réseau(x) qui gravitent autour du site et leurs interactions... Les liens avec d’autres réseaux... La perception qu’en a chacun, et les apports, différenciés, de tous...


Jacqueline Cimaz

_

[1] cf sur le site (Les Rias/Publications), l’accès direct à la calaméothèque et à la vidéothèque, les blogs...

[2] comme ce dessiner de Picasso saisi par Clouzot à travers une vitre opaque...



_

Quand une conseillère municipale relativement

novice en informatique se lance dans le travail du site...

Il faut dire que Geneviève aime rendre service. Et puis, qu’elle aime le jardinage, les plantes et la photo... Et qu’elle aime regarder ce qui l’entoure avec son appareil photo... [1]

Et puis comme mots croisés, cette recherche d’identification des plantes du Mézenc se situe aux confins de la recherche et du jeu...

Un travail qui n’est pas de techniques informatiques mais de va-et-vient entre le souvenir des explications de Christian Giroux, du vu, appuyé sur la lecture des photos prises par les uns et les autres, les recherches documentaires sur sites, et le recours au livre.

Bref tout un travail à l’amont du site, presque scolaire, un travail d’élaboration de connaissances - précisées et vérifiées - pour offre aux lecteurs et à soi.

Patrimonialiser ces fragments de découverte du prestigieux Mézenc pour les consituer, ici, et sous la forme qui nous correspond, en Biens Communs.


(JPG)


Ou quand les fleurs du Mézenc nous transportent - de manière exemplaire et irréfutable au coeur du travail du site...


Où l’on rejoint la remarque récemment faite à Michel Cimaz par Vincent Grive quant à la présence sur le site, pour la planète, de ce petit enregistrement des travaux de la station d’épuration au village - avec, donc, le bruit de la plaque vibrante [2]

La création de connaissances de proximité. Le site outil pour cette création, et outil de diffusion, communication...

Jacqueline Cimaz

NB. Mots clés ? proximité, authenticité, création ?



_

[1] ah les avancées qu’a fait faire ce modeste appareil en matière de culture numérique...

[2] pas encore son odeur, mais quend on voit la traçabilité des molécules odoriférantes de la cistre du Mézenc...



_

Nœud de strates cimenté de valeurs


La Fol 07, Fédération des Œuvres Laïques de l’Ardèche organise comme chaque année « Les chemins de la mémoire ». Créée en 2005 par le comité régional USEP, à l’occasion du 60ème anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale, cette manifestation, reconduite depuis, a pour but de

-  Sensibiliser les élèves en tant que futurs citoyens à la notion de résistance et aux valeurs qui la sous-tendent

-  Contribuer au renforcement de l’identité historique de la région Rhône-Alpes en découvrant les lieux de Résistance.

-  Créer des liens entre histoire, sport et culture autour de l’idée de Résistance.

Sont associés à cette manifestation les bénévoles de « Lire et faire lire » afin d’offrir une ouverture à la lecture et de renforcer l’idée de solidarité intergénérationnelle.


(JPG) Déroulement : Deux journées au choix : mardi 31 mai à ST AGREVE (priorité cycle 3) mardi 21 juin à MEYRAS (priorité cycle 3)

Pour qui ? Toutes les écoles primaires d’Ardèche (Priorité étant donnée à celles affiliées à l’USEP ou participant à « Lire et faire lire »


Le programme :

Randonnée littéraire :

-  Randonnées pédestres
-  Arrêt tout au long de la ballade sur certains lieux « chargés » d’histoire.
-  Lecture par les bénévoles de « Lire et faire lire » du livre : "Il faut désobéir" de Didier Daeninckx.
-  Témoignages d’anciens résistants
-  Paroles de "Justes" qui ont accueilli et caché les réfugiés avec une profonde humilité, considérant qu’ils n’avaient fait que leur devoir.


Toutes indications figurant sur le site de la FOL qui vient d’être réactualisé. Vous y trouverez aussi le thème de la journée « Les enfants cachés durant la guerre » et l’organisation de la rencontre de Saint-Agrève.

-  Lecture citée et film - « La colline aux mille enfants » à la bibliothèque de St Agrève.

Participeront à cette journée, 300 enfants des écoles publiques de Devesset, Etables, Les Nonières, St Agrève, St Cierge la Serre, Sarras,Tournon, Vernosc, Vion.

C’est dans ce cadre que les enseignants de Saint-Agrève ont proposé la participation de Jacqueline Cimaz, IA-IPR honoraire ayant travaillé avec l’école de 2000 à 2003, et ayant, surtout, représenté l’Education Nationale au sein du Comité scientifique du « Centre international pour l’accueil, la paix et la tolérance » dont la réalisation était alors en projet, et donc participé à des colloques et journées d’études sur le thème de l’accueil.


(JPG) Ils ignoraient alors, que, d’une manière différente, ce travail s’était poursuivi, dans le cadre associatif des Rias, étendu ensui à celui de bibliothécaire bénévole puis de responsable Internet et TIC.

Le cadre associatif - Les Rias bien sûr, association culturelle en milieu rural, affiliée à la FOL - conjuguant exigences de qualité artistique, scientifique et littéraire et volonté d’associer la population dans toute sa diversité, culturelle et générationnelle.

Le poids des valeurs de résistances lié au « roman » du plateau a été à l’origine du projet « Résistances » des Rias. Un projet pluri-annuel, émaillé de visites - à la Tour ce Constance, à Pranles, au Chambon-sur-Lignon, aux musées de la Résistance à Lyon, au Teil, à Vassieux, à Désaignes... Plus tard, il y a eu la conférence de Jean Nicolas, historien, sur les mouvements rébellionnaires du 18ème siècle en Vivarais, le travail en Bibliothèque sur Célan, Bachman et Kiefer et la visite de l’exposition Kiefer au Grand Palais.

Ceci explique l’accueil réservé à la lettre de Michel et d’Eva Schlenker, anciens enfants cachés à Saint-Apollinaire-de-Rias, lettre parlant du mur des Justes, et leur venue deux semaines plus tard à un temps très fort de ce projet, le « spectacle » théâtral du 29 juillet 2006 et son recueil d’ « objets de Résistance », leurs retours ensuite dans le cadre du travail engagé avec Sylvette Béraud-Williams et l’aide de la DRAC ethnologie (de la région et du département pour ce projet et/ou des projets connexes), la publication de divers recueuils de mémoire dont ceux de Marcel Bélingard et Simone Foray.

Un si long travail, un travail si approfondi a nécessairement débouché sur des réalisations scientifiques, littéraires et/ou artistiques :


(JPG) le Carrefour des Résistances, belle et forte installation plastique de Régine Raphoz, avec ses totems entourés de cairns.

-  deux expositions, sans compter l’accueil de celle sur Auschwitz, des lycéens du Cheylard,

-  Le travail avec Sylvette Béraud-Williams, de la commission Collecte, et la publication in fine de son livre « Entre silence et oubli, mémoire d’un quotidien rural bouleversé », un remarquable travail d’approfondissement, synthèse et écriture. Et la toute dernière publication des Rias, peaufinée quelques années par l’auteur après les lectures publiques de 2007, « Les larmes de la foi », de Fatima Mana.

On pourrait aussi parler des vidéos, de celle de Virginie Martinez, « Résistances » réalisée à partir de rushs pris lors de mois de répétition puis du spectacle « Résistances » avec les apports du roman d’ici, effectués par Paulette Vignal et la traduction qu’elle en a faite dans un jeu qui a incité chacun à marcher dans ses pas.


Le glissement continu entre les Résistances de deux époques, traduit par la polysémie de l’œuvre de Régine Raphoz : celles pour la liberté de conscience, celles pour la libération, l’accueil et le sauvetage des victimes en 1940-1945.

Le trait commun : les valeurs ! Celles des résistances civiques - civiles (et armées), de désobéissance civique.

Une affaire qui n’est pas terminée puisqu’un projet en cours « Du recueil de mémoire à l’écriture transmedia », se poursuivra en 2011-2012, avec les résidences de Sébastien Camboulive et sa quête de l’identité, de Jean-Pascal Dubost - la création à partir de l’aspiration et non de l’inspiration, de l’équipe de l’ERBA utilisant le design graphique pour traquer le glissement sémantique camisard/maquisard.


(JPG)


La description de ce contexte ne serait pas complète si on ne parlait du site Internet.

Outil de communication, certes, de formation, outil de mise en mémoire bien sûr, et de conservation.

Mais surtout sans doute - par delà les synthèses et la fonction d’aide à la synthèse, avec l’importance du réseau des liens hypertextuels internes et externes - outil de patrimonialisation, d’évolution et re-création perpétuelles, fil rouge dynamique et tisseur de réseaux, de ces systèmes tapissés de processus temporels dont parle Morin, et, osons-le, terreau pour coup de bêche dans le terreau de l’histoire [1], certes, mais aussi terrain propice à la sérendipité...


A noter également aussi que le site accueille dans la rubrique « Livres numérisés » du PAPI, une version numérisée du travail réalisé par quatre élèves du collège de Lamastre avec Michel Aguettaz, documentaliste et historien, travail qui leur a valu d’être 1 ers ex-aequo au concours départemental de la Résistance (et pour lequel nous avions fourni quelques documents iconographiques)


Que sera-t-il fait avec les élèves le 31 ?

-  Un appel à la lecture d’image sur le site de la DRAC Rhône-Alpes une œuvre de Baraqui dans le cadre du projet Libérer/Résister que nous a fait connaître Alexis Chazard, enseignant à l’ERBA, pour illustrer le « ... droit de chercher asile et de bénéficier de l’asile en d’autres pays ... »

-  Si nécessaire, passage préalable avant, surtout avec les élèves de CE2 et même de CM1, par la lecture de ce qui concerne les enfants cachés dans le livre des collégiens de Lamastre [2]

Puis retour à la lecture d’image.

-  un parcours de notre site à partir, pour poser le problème, de l’arrivée de la lettre d’Eva et Michel Schlenker en mairie - parcours préparé mais qui peut changer en fonction des questions des élèves.

Donc alternance de récits faits, de lecture textuelle, hypertextuelle, d’images ou de documents sur le site

-  lecture faite de quelques passages du livre de Sylvette Béraud-Williams Puis indispensable temps de synthèse à construire à partir des propos des élèves.


Livret des élèves réalisé par la FOL téléchargeable sur son site.



_

[1] cf Duby

[2] les enfants sauvés par la présence d’esprit des enseignants, de leurs camarades de classe puis par l’organisation des résistants...



_

Rencontre autour du passé


Habitée par l’acte de transmettre la richesse d’un passé, accumulée et conservée dans la patience du temps, une rencontre-escale autour de vieux documents se promène sur l’histoire de quelques générations. D’anciennes cartes postales, la plupart oblitérées au siècle dernier révèlent à l’oeil nu, la métamorphose d’un canton et de ses lieux emblématiques surannés, figés au sépia du papier.

La Grand’ Rue à elle seule faisait l’alentour et la terre respirait jusqu’au bord des maisons.

Difficile de sélectionner au milieu de cette générosité spontanée, les centaines de vues bruissantes d’antan. Privilège que de regarder les temps immobiles conservés avec préciosité jusqu’aux racines pour simplement transmettre.

La plupart de ces fragments orpaillés sous le temps seront recensés à l’objectif, scanérisés pour une action de patrimonialisation.

Sorti délicatement de son écrin de conservation, le visage du siècle dernier dilatera les silences figés occupant à lui tout seul la surface d’un sujet.

Fatima Mana


(JPG)


(JPG)

Après celle de "Nanette Fert", celles d’Alain Delarbre et Maurice Reyne, la collection de M.Coste. Autre publication en perspective ?





_

Un support indissociable du quotidien


Et si l’on débutait cette réflexion sur le numérique en l’abordant par une approche convergeant vers un outil devenu essentiel à la vie de tous les jours, l’internet. Pourquoi ce support est-il désormais indissociable de notre quotidien ?

La révolution du jasmin en Tunisie où l’internet et la rue ont fait circuler les idées comme un bouche à oreille planétaire, véhiculant sur la toile le ras-le-bol et la contestation générale dans l’immédiateté du présent, aurait-elle empourpré la blancheur des villes aussi radicalement faisant tomber en quelques jours, un gouvernement assis depuis plusieurs décennies sur sa dictature ?

Une constellation de nouveautés sans cesse renouvelée, un univers de flux et réseaux proposent une interactivité, bouleversant la relation aux autres et à soi-même. Cela implique une curiosité nécessaire pour apprendre et maîtriser des dispositifs liés à la communication.

C’est le regard à l’objet qui change, avec sa potentialité mise en commun et ses ressources aux prises avec ce qui existe et d’autres possibles. Pour exemple, l’écriture transmédia, objet d’étude de l’association Les Rias, un projet largement exposé dans le domaine du site des Rias qui propose d’aborder des formes différentes de lecture et d’écriture, alimentées par la création artistique numérique, et d’ainsi, prendre part à la conquête du virtuel.

Nous ne sommes plus dans le conventionnel avec l’écriture numérique, en évolution constante. Elle est moyen d’expression et d’action. L’importance n’est pas ce qui abrite la fenêtre du monde mais la volonté de partager ses supports en créant de l’interactivité avec les ressources qu’elle contient. Elle est langage à part entière composé certes de technicité mais nourri d’intellectuel et de culturel.

Nous avons le choix : avancer avec son temps et participer à l’évolution en étant acteur d’un processus irréversible, ou être le témoin de quelque chose que l’on a pas vu venir, s’apparentant à la découverte du feu, de l’écriture ou de l’électricité.

Dans cette infinitude virtualisée, site municipal et domaine associatif, se répondent et se complètent : l’essentiel n’est-il pas d’informer et de faire participer au travers de nombreuses actions l’internaute glanant de sa fenêtre ouverte l’information à sa disposition ?

Fatima Mana


(JPG)




(JPG)
A quoi s’ajoutent cette année plus de 4000 lectures de nos "livres" numériques sous Calaméo.



_

De l’échange permanent


ou les fonctions utilitaires - référentielle et mémorielle- d’un site local.

Avec la venue d’Eliane, c’est comme si coincé dans une parenthèse, le temps récupérait des suspensions et retrouvait ses pointillés éparpillés dans les anfractuosités du quotidien.

En priorité, glaner les nouvelles accumulées tout au long de l’été, les éplucher via le site. D’abord l’atelier patois en commençant par le dernier auquel on ait assisté, précisant qu’au prochain on y sera.

Et puis voilà que la navigation virtuelle nous entraîne au large de calaméo. Escale-découverte avec le bruit distinct et singulier de la page tournée qui se répand sur l’écran avant d’accompagner la suivante. Une mobilisation collégiale cerne l’ordinateur et distille en surface l’envie de se mesurer au procédé.

Secrétaire de l’association depuis peu, Marceline vient glaner dans les connaissances de la précédente qui à accumulé au fil du temps, un petit tas d’expériences.

L’information circule à l’air libre. Explorant le calendrier et ses dates incontournables comme l’AG, tout début 2011 entraînant des passages obligés tels que programmation et préparation des réunions de bureau et de CA, nouvelle et ancienne secrétaire travaillent ensemble le temps d’adaptation, atténué par l’échange permanent.

Fatima Mana





_

Accès Internet pour exposé


(JPG) En marge du week-end Théâtre...

Fanny, CM2, doit préparer un exposé sur les climats

-  océanique,

-  aride et

-  continental.


Elle sait chercher, choisir les sites présentant une carte lisible et les principales caractéristiques des climats spécifiés.


Impression des documents :

ils sont prêts et classés,

sans coupés-collés inutiles et

bien intégrés dans un schéma oral d’ensemble

articulant spécificités et complémentarités.


Une recherche bien orientée et maîtrisée...

Une bonne utilisation du Net.

Et une intégration rapide du fonctionnement de l’lmprimante réseau...


J.Cimaz





_

Quelques statistiques




(JPG)
Statistiques 2005-2010, avec en 2010 une modification du serveur. Ce qui peut expliquer que la somme des totaux annuels soit inférieure de 3653 au chiffre de 180753 visites annoncé au 1er janvier à 0h ?


ou des nombres et des graphiques qui parlent...

(JPG)


D’abord les évolutions mensuelles et annuelles depuis la création du site fin 2005...

Montée en puissance pendant deux ans, une relative stabilisation à un haut niveau [1]en 2008 qui s’explique pour la fin d’année par les intempéries de décembre mais surtout - semble-t-il- plus généralement par les fonctions de Rias-Infos dont l’amélioration est soulignée par maints retours positifs, mais que les internautes attendent pour consulter...

(JPG)


Donc une consultation moins fréquente et plus ciblée, sans perte de temps en recherches puisqu’il suffit de cliquer sur les liens de Rias-Infos qui intéressent d’autant plus que maintenant ils ne portent pas sur les rubriques mais sur des articles précis...

Les avis et retours nous intéressent pour mieux réguler...



_

[1] par rapport aux fonctionnalités et usages du site



_

Technique, maintenance et lecture...



Quelques explications pour mieux comprendre certaines difficultés de lecture ou navigation sur les pages du site...

Word - 68 ko

dans le document ci-joint à télécharger...





_


La plus jeune internaute reçue et deux nouveaux lecteurs...


Semaine fructueuse à la bibliothèque...

(JPG)


-  D’abord, l’accueil de Mathilde Aunave- six semaines- accompagnant sa maman venue regarder sa messagerie. Un peu petite pour se reconnaitre sur le site, en bibliothèque ou à l’Etat Civil...

Néanmoins, un record à Saint-Apollinaire et un bien bel évènement...

Pendant ce temps, la grande soeur, Clémence s’en laissée conté par Fatima Mana.


(JPG) Deux nouvelles inscriptions à la Bibliothèque, avec un grand intérêt pour le très riche rayon poésie.


Enfin, le livre, les dictionnaires et l’étude des mots ont été à l’honneur lors de la rencontre "patois".

Georges Chazal a laissé en prêt ses exemplaires personnels de

-  "Contes racontés et Poèmes , du pays des Boutières, en occitan et en français" de Marie Norcen et

-  "Des mots à la phrase occitane - complément à l’Occitan Nord-Vivarais"

(JPG) de Joannès Duffaud (Ed.Parlarem en Vivarès).

Circulait aussi, tiré d’Internet et relié par Jacqueline Cimaz,

-  le "lexique descriptif occitan-français du vivaro-alpin au nord du Velay et du Vivarais,

comportant une partie grammaticale et le lexique, et en cours d’élaboration.

L’auteur est Didier Grange, avec lequel nous aimerions entrer en contact après avoir complété le relevé des convergences et divergences entre ce qu’il retient et le patois d’ici...





_

Lieu d’accès public à l’Internet et site : une réflexion à approfondir...




Une gestion complexe et une crise de croissance manifeste...



Alors que le site -globalement- s’achemine vers les 50000 visites en moins de 2 ans ½, et avec une croissance régulière, il parait indispensable de préciser les modalités de son animation.



I. Celle-ci est doublement complexe




1. La complexité, déjà, est fonction de la structure du site qui comprend 5 domaines distincts :

-   le domaine « Mairie », où le contenu des articles écrits dépend exclusivement de la mairie,
-   les domaines « Bibliothèque » et « PAPI », pour lesquels l’Association Gestionnaire est comité de rédaction sous la responsabilité, en dernier recours, du Maire,
-   le domaine « Association Les Rias », où l’association est rédactrice,
-   le domaine ACCA, où cette association est rédactrice.

La page d’accueil du site est commune aux 5 domaines. Les menus sous les logos et les Brèves permettent de se diriger vers le domaine recherché.

L’association Les Rias assure la tenue et les mises à jour de l’ensemble du site, soit en plus de son secteur rédactionnel propre, la collecte des articles et images auprès des responsables, la collecte directe de certaines images, le travail de l’image, de mise en page et mise en ligne.

Les mises à jour hebdomadaires requièrent une quarantaine d’heures de travail - travail totalement bénévole.

La responsabilité du site incombe en dernier ressort au Maire.


2. La complexité, ensuite, est liée à la pluralité des délégations municipales confiées aux Rias, sous la responsabilité de la mairie :


-  Outre la tenue et les mises à jour du site Internet communal, avec la rédaction en chef du site, la mise en ligne par les administrateurs formés par le SIVU des Inforoutes, et responsables, l’animation informelle d’un mini-comité de rédaction, l’envoi hebdomadaire à des listes de diffusion, d’un relevé des mises à jour avec liens sur les rubriques correspondantes...

-  l’administration et l’animation de la Bibliothèque, Lieu d’Accès Public à Internet, et des domaines « Bibliothèque » et « PAPI » du site Internet, soit,

- l’accueil et le conseil du public, les animations sur le livre...,

- la gestion du fond de livres, des prêts et des statistiques de fréquentation,

- la petite maintenance des appareils, les relations avec le SIVU des Inforoutes, France Télécom, la mairie...,

- l’animation, dans le cadre de la Bibliothèque - lieu d’accès public à Internet, et l’aide aux usagers venant avec leur matériel ou non, les formations demandées...

- l’apport régulier de contenus rédactionnels,




II. La gestion de ces deux systèmes intriqués demande une évaluation-régulation continue, soit




- une approche quantifiée des données (fréquentation, usages, réalisations...)

- une analyse qualitative de ces données,

- le recueil d’opinions, avis, témoignages, des actions, apports... directs ou par les sites...

- le débat et la réflexion à partir de ces matériaux au sein du Bureau et du CA de l’association gestionnaire

- la mise en évidence de problèmes rencontrés (à ce jour, vu les effets d’échelles, le volume du travail requis, d’une part, le besoin, d’autre part, de développer toujours plus des démarches ascendantes)

- la définition et la mise en œuvre de réponses à ces problèmes, d’orientations, réajustements, de nouvelles modalités d’évaluation... après concertation avec la Mairie.

- l’information, la communication, notamment autour du site, de ses perspectives de développement, d’essaimage éventuel...




III. Quelques idées soumises à réflexion dans ce cadre :




Des conditions de développement à mettre en place :

-  une implication élargie des usagers y compris dans la rédaction des articles et le travail des images, participation amorcée en bibliothèque, avec des notes de lecture, sélection de textes, création de planches, envoi de livre numérique, mise en place de liens, lectures critiques, regards d’enfants ... ce qui peut aboutir à la mise en place à envisager de mini-comités de rédaction spécialisés par domaines et/ou thématiques


(JPG)


-  une préparation plus collégiale de la mise en ligne, éventuellement de validations, dans le cadre d’un comité de pilotage et de rédaction à la structuration renforcée.

-  un approfondissement de la réflexion sur notre identité visuelle, nos lignes éditoriales, la question -sans doute prématurée- d’un éventuel et partiel « essaimage »




Ce ne sont là que quelques pistes, le débat et la réflexion sont ouverts...




Ils peuvent se développer par courriel ou dans le cadre de la Bibliothèque Lieu d’Accès Public à Internet, les mardi de 16 à 19h30 et jeudi de 17h30 à 20h


Jacqueline Cimaz






_

Site et sites, s’orienter dans la complexité !



Le site Internet http://www.saint-apollinaire-de-rias.fr est un site communal, celui de la commune - avec ses 5 domaines : mairie, Bibliothèque municipale, P.A.P.I. et les associations : Association les Rias, A.C.C.A.

L’association Les Rias possède son site propre, avec entrée indépendante, http://www.lesrias.fr

Mais ce site propre est en même temps partie intégrante du site communal ce qui donne à l’association la possibilité dont elle profite largement d’utiliser les ressources partagées de la page d’accueil, communes à tous domaines, notamment les Brèves...


En outre, par convention avec la mairie, c’est l’association qui assure la gestion et la mise à jour du site global à partir des articles fournis par la mairie d’une part, par l’ACCA d’autre part - un travail considérable et totalement bénévole.


Les statistiques ne différencient pas les différents domaines, c’est-à-dire que nous ne pouvons pas, du moins à ce jour, connaître les taux de consultation du domaine Mairie ou du domaine Rias ou ACCA...


Tout ceci est assez complexe, c’est pourquoi nous différencions bien les domaines dans les courriels d’avis de mises à jour, ce qui est apprécié et facilite bien, justement, le repérage, comme cela nous a été dit récemment au Conseil Général.

Le contenu de ces courriels est d’ailleurs téléchargeable maintenant en tête des Brèves et en page d’accueil des Rias (qui n’est pas une vraie page d’accueil avec ressources techniques )


Ce sont donc les taux de fréquentation globaux augmentent régulièrement.





_

Mise en ligne d’une conférence



(JPG) Jean Nicolas, venu au P.A.P.I. avec portable et clé USB pour envoyer un message et lire le courrier reçu, en a profité pour nous communiquer le texte intégral de sa conférence,

-  "Révoltes en Vivarais avant la Révolution",

assister à son téléchargement sur le site et modifier en conséquence le texte du NB en fin d’article (Collecte Historique)

Un bel apport, un document d’autant plus appréciable

-  qu’il représente un travail important pour extraire et restructurer ce qui, dans la "Rébellion Française", concerne notre région...

-  et que le livre, qui devrait être bientôt réédité est devenu introuvable...

Il convient de souligner combien une telle mise en ligne contribue au développement des dimensions démocratique et éducative de l’Internet...

Merci à Jean Nicolas pour cet apport et pour le sens qu’il prend au regard des enjeux actuels de l’utilisation des Technologies de l’information et de la communication...




_

Réunion de travail avec Mathieu Courtial




Suite à divers échanges et prises de renseignements, une réunion a permis de faire le point sur la vie du site.

Ce qui a été réalisé :

-  la création de nouvelles rubriques et, notamment de rubriques archives,

-  un premier toilettage d’articles plus anciens...

-  l’introduction d’une utilisation -limitée- du langage Java, à l’intérieur de SPIP.


(JPG) Ce qui serait souhaitable mais parait difficile à réaliser :

-  l’introduction de séquences vidéos... trop lourdes. Les liens sur un blog pourraient être utilisés mais la capacité des blogs est aussi limitée. Reste la possibilité de liens vers un site spécialisé, comme "Yours videos". Mathieu Courtial se renseigne, puis il faudrait voir l’éventuelle faisabilité avec les Inforoutes...

-  L’apparition de flashs d’annonces des manifestations ? A étudier et voir aussi avec les Inforoutes...

-  les échanges type forum... La question renvoie au temps et compétences nécessaires à la gestion d’un tel type d’initiatives et à son contrôle...


Le bilan et ce qui devrait pouvoir être réalisé :

Un taux de fréquentation en augmentation régulière...

Ce qui parait résulter de la rapidité des mises à jour, de l’intérêt des contenus par rapport au public, des liens avec la vie de l’association et locale, de la volonté de transparence et d’ouverture...

Il faut ajouter : la maniabilité de SPIP qui permet les mises à jour à distance, sans trop de difficultés, et la qualité du service assuré par les Inforoutes (et le rapport qualité-prix !)


Projets et limites :

-  Il parait urgent de continuer la mise en archives ou la suppression d’articles,

ce qui relève d’un travail collectif de re-lecture,

mais demande ensuite un temps de maintenance important...


A cet égard, les limites du bénévolat apparaissent de plus en plus. La création d’un poste ou 1/2 poste confié à un professionnel serait tout à fait souhaitable si elle était possible.


La réflexion et les échanges se poursuivent ; par ailleurs toute suggestion sera bienvenue...





_

Utilisations de vacances




(JPG) De belles ressources pour

les petits-enfants en

vacances chez

les grands-parents.


De quoi,

grâce

-  aux prêts de la BDP et

-  aux apports personnels,

élargir choix et activités,

multiplier les références...



Découverte de nouveaux codes, (JPG)

de nouvelles procédures,

du maniement de la souris...


Sans compter

les échanges et les partages, autour

des hypothèses,

des anticipations,

des résultats,

des erreurs...


De nouvelles connaissances,

de nouveaux savoir-faire aussi et

des amitiés de vacances qui se nouent...


Et même, l’échange des adresses e-mail...




_

Réactualisation 2007

La présentation ci-dessous reste toujours valable.



Quelques informations complémentaires :

Si Fatima Mana et Jacqueline Cimaz demeurent les référentes informatiques de la bibliothèque, "techniciennes" donc, Anne-Marie Maria est maintenant responsable de la commission PAPI des Rias.

Leurs rôles :

-  Fatima Mana : aide à la consultation d’Internet, au remplissage des dossiers ANPE, CAF ou impôts pour les déclarations en ligné (participation des trois responsables à la réunion d’information organisée par le SIVU des Inforoutes au Cheylard le 12 février 2007),

-  Jacqueline Cimaz : maintenance, formations, par exemple ce 22 février deux personnes pour la constitution de dossiers ou sous-dossiers, l’utilisation de l’Explorateur Windows puis la découverte d’une utilisation utile du Tableur, deux autres ici, pour le travail de l’image sous Photophop Elements...

(JPG)

Et une jeune formée particulièrement brillante si on en juge par la réalisation obtenue en une heure pour une première utilisation du logiciel...

(JPG)

Un rappel important : jusqu’à ce jour la Mairie de Saint-Apollinaire et les Rias ont pu maintenir la totale gratuité des formations (et services) pour les habitants de la commune et adhérents des associations dont le siège est à Saint-Apollinaire...

-  Anne-Marie Maria : conception des animations, informations, recherche et diffusion de la documentation... (Par exemple, préparation de la Fête de l’Internet, liaison avec les autres commissions...)

Vous pouvez lui adresser vos propositions, suggestions, demandes, en utilisant le formulaire en haut de page...

(JPG)

Fatima Mana et Anne-Marie Maria...

_

Présentation

(JPG) Ce P.A.P.I. a été créé dans le cadre de l’opération "Internet dans les bibliothèques" qui se termine fin 2006. Cette opération permet aux communes adhérentes au SIVU des Inforoutes de l’Ardèche d’obtenir un financement de la part du Conseil Général pour leur bibliothèque, si elle est affiliée au réseau de la BDP et que celle-ci émet un avis favorable. L’aide est de 70% du montant de la commande, plafonné à 1800€ HT par bibliothèque. Les 30% restants sont à la charge de la commune.

Saint-Apollinaire a été équipé dans ce cadre fin 2004. L’usage de cet équipement est prioritairement affecté à l’accès du public de la bibliothèque à Internet. La création d’un site municipal dans le cadre d’une expérimentation lancée par le SIVU des Inforoutes est entrain de faciliter l’accès à Internet d’usagers appartenant à des tranches d’âge qui jusqu’ici ne s’étaient guère intéressées à ce nouvel outil.

Ce PAPI, de même que la bibliothèque dont il fait partie, animé par les "référentes informatique de la bibliothèque", membres à part entière de l’équipe d’animation de la bibliothèque, fonctionne en outre comme une commission des Rias, puisque par convention, la mairie a délégué à l’association la gestion de ce service public.

Il est, à ce jour, le seul Point d’Accès Public à Internet du canton.

-   Horaires : mardi de 16h à 19h, jeudi de 17h30 à 20h et sur rendez-vous (pris au 0475580957 ou au 0475844725 ou par courriel)
-   Ressources : 3 appareils (un avec XP, 2 avec windows 98), 2 sont en réseau. Logiciels : Word, Excel, Powerpoint, Open Office, Photoshop Eléments, My Album, Audacity, Movie Maker, Magix... etc... deux imprimantes, deux scanners et un appareil photo numérique.
-   A noter que les responsables amènent souvent leur portable personnel et le mettent parfois au service du public si les besoins s’en font sentir.
-   Utilisations : consultation de l’Internet, actions en ligne, messagerie, traitements du texte, de l’image et du son, services et utilisations diverses, notamment réception et envoi des pièces jointes...
-   Philosophie : informations et formations les plus larges possibles à partir des besoins et demandes, articulation des formations personnelles et du travail en réseau
-   Déontologie : présence de l’équipe d’encadrement, autonomie maximum dans les démarches, mais possibilité, si cela devenait nécessaire, de contrôle discret quant aux sites visités et aux pratiques d’envoi de courrier notamment avec les enfants... La présence et la formation étant les moyens les plus sûrs de prévenir tout éventuelle dérive.

Horaires, nous contacter

rubrique pour formulaire de contact et horaires

Ouverture le mardi de 16h30 à 19h et le vendredi de 17h30 à 20h, et lors de stages ou ateliers organisés...

Tel pour accès à la Bibliothèque et à l’Espace public numérique qui profite toujours mieux de nouvelles ressources en équipement, documentation et archives...

Un travail d’écriture numérique - et non seulement numérisée qui bénéficie de prestations constantes, de l’intervention de grands artistes interrogeant et utilisant le numérique et pour lequel les gens viennent parfois de loin...

N° de téléphone aux heures d’ouverture : 0475580957.

Ouverture fréquente le week-end pour stages ou ateliers. Se référer aux Brèves à droite de la page d’accueil du site global

Quand vous laissez un message, indiquer votre adresse e-mail dans le corps du message, sinon si le message transite de la mairie à l’EPN, il arrive que l’adresse ne suive pas et que, donc, on ne puisse vous répondre. Merci.

NB. Toutes les prestations, assurées par des bénévoles qualifiées, sont gratuites.

Inscription PAPI


Réalisation : Inforoutes de l'Ardèche -- PackWeb -- Spip --